déchets d'industries agro-alimentaires (IAA) methanisation

Différentes catégories de matières peuvent être mélangées en codigestion :

  • des sous-produits agricoles : effluents d’élevage, fumiers, résidus de cultures…
  • des déchets issus de l’industrie agro-alimentaire : déchets de légumes, de fruits, petit lait, pâtes, effluents de process, huiles, graisses, …
  • des déchets de collectivité : tontes, déchets de restauration, biodéchets des ménages…

Pour cela, il, est nécessaire de s’assurer par des tests préalables que les déchets organiques mélangés sont compatibles et que la digestion pourra se faire dans les bonnes conditions pour les bactéries.

De plus, la nature et la quantité de déchets introduits conditionnent le régime ICPE de l’installation et un pré-traitement peut s’avérer obligatoire.

puce-methanisation Accéder à la rubrique régime ICPE, sous produits-animaux et cultures alimentaires.

Le potentiel méthanogène est le volume de méthane biogaz produit lors de la dégradation anaérobie en présence de bactéries d’un échantillon initialement introduit, exprimé dans les Conditions Normales de Température et de Pression (CNTP : 0°C, 1013 hPa).

La matière organique fermentescible est caractérisée par son potentiel méthanogène (en m3 de méthane par tonne de matière brute) :

potentiel methanogene intrants methanisation

L’introduction de nouveaux intrants organiques doit toujours se faire de manière progressive afin d’éviter les changements brutaux de milieu et risquer de bloquer la digestion. Ainsi, le porteur de projet de méthanisation doit s’assurer de l’approvisionnement en matière organique en quantité suffisante mais aussi avoir un engagement des producteurs de matières organiques sur la durée c’est-à-dire sur plusieurs années. Afin de fidéliser l’apport de matières organiques, les fournisseurs peuvent également entrer au capital de l’unité de méthanisation. Plusieurs montages juridiques sont possibles (société d’économie mixte (SEM), société par actions simplifiées (SAS)…).

Une étude de gisement de matières organiques sur le territoire permet de déterminer quels sont les déchets disponibles (ne doit pas rentrer en concurrence avec des filières en place : alimentation animale, éco-matériaux, carburant…) dans un périmètre proche: en général une quinzaine de kilomètres 30km maximum ; cela dépend du potentiel méthanogène de la matière.

Accéder au site dédié à la valorisation de la matière organique résiduelle en Provence-Alpes-Côte d’Azur

La méthanisation est un procédé également employé pour l’épuration des eaux usées ou pour le traitement de la fraction fermentescible des ordures ménagères.

Le biogaz généré en décharge (par la partie organique des déchets stockés) est capté et peut donc être lui aussi valorisé sous forme énergétique.