digesteur

Voie solide/liquide

Il existe différents procédés de méthanisation, selon la teneur en matière sèche du gisement : voie liquide(<15% de matière sèche dans le digesteur)/ voie solide (15 à 40% de matière sèche dans le digesteur). Selon le process, l’introduction des matières organiques se fera de manière continue ou discontinue, voire semi-continue.

Procédés continus/discontinus/semi-continus

  • Les procédés continus : l’alimentation et la vidange du digesteur se font en permanence avec une quantité entrante de matière équivalente à celle sortante. Ces procédés sont bien adaptés au traitement des déchets liquides. Ce sont les plus fréquents car ce sont aussi les moins exigeants en maintenance.
  • Les procédés discontinus, dits « batch » : les digesteurs sont remplis puis vidés séquentiellement lorsque la production de biogaz chute ou devient nulle.
  • Les procédés semi-continus : le digesteur est progressivement rempli par des charges successives convenablement réparties dans le temps. La vidange est réalisée lorsque le volume utile du digesteur est atteint et que la production de biogaz n’est plus suffisante.

 Mésophile /thermophile

La fermentation anaérobie ne dégage pas de chaleur contrairement au compostage (fermentation aérobie). Pour un développement maximal, les bactéries doivent se trouver a minima à 38°C et sans choc thermique. Il est donc nécessaire d’isoler et de chauffer le digesteur.

Classiquement, la méthanisation se déroule à une température voisine de 35-40°C, il s’agit du procédé mésophile (environ 20% de la chaleur est auto-consommée).

Les procédés thermophiles s’opèrent à 55°C (environ 35% de la chaleur autoconsommée). La flore microbiologique possède une vitesse de croissance supérieure et les chaines carbonées sont mieux dégradées, ce qui permet de réduire les temps de séjour en digesteur. La digestion thermophile améliore la fluidité des lipides (graisses). Elle permet une hygiénisation plus poussée des germes pathogènes. Cependant, elle est également réputée plus fragile, les critères biologiques étant plus difficiles à maîtriser.

 Hygiénisation

La digestion anaérobie est un procédé globalement hygiénisant d’un point de vue des germes pathogènes. Elle est plus efficace en thermophilie qu’en mésophilie. Cependant selon leur nature, les matières organiques doivent subir un traitement préalable avant son entrée dans le digesteur (pasteurisation ou hygiénisation). C’est le cas notamment pour certains sous-produits animaux.

puce-methanisationAccéder à la réglementation Encart Sous-produits animaux (SPAN)